Virtuel de l’imaginaire vs « virtuel » numérique

Image

La matière même de nos corps, (la matière que nous croyons comme nous), est le support qui fait que nous imaginons les choses. Ces choses, nous pouvons à leur tour les considérer par la pensée. Même si elles sont toujours là, dans nos cerveaux, nous les concevons comme virtuelles, c’est-à-dire que nous les voyons détachées de leur contexte physique. Ce n’est pas le numérique qui change quelque chose à cette faculté, qui nous appartient et dont nous ne pouvons nous défaire. Y a-t’il une quelconque analogie entre cet imaginaire virtualisant et le « virtuel » d’aujourd’hui, c’est-à-dire cette soit-disant dématérialisation, pourtant opérée par des machines réelles, des systèmes techniques concrets. C’est par cette analogie (confuse) qu’une certaine mythologie du « numérique » tente d’opérer. Le cerveau serait une machine (c’est une vielle idée vraiment matérialiste) et par extension, il y aurait la possibilité d’un système (informatique) qui jouerait un rôle analogue au cerveau comme système dématérialisant. Cette croyance dans une équivalence cerveau/machine fait l’impasse sur nos corps (cerveau compris) « engrammés » par l’expérience, le conditionnement, la culture, l’histoire et l’évolution, qui supposent la condensation d’échelles de temps sans rapport avec ce que nous pensons comme futur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s