Histoire de savoir

Selon Stiegler, un savoir privé de l’Histoire des savoirs, privé donc de son origine, n’est guère qu’une compétence. Cette tendance actuelle vers « la compétence » nous rend non seulement esclaves de nos propres pseudo-savoirs, mais surtout de ceux à qui tirent profit de ceux-ci. La prolétarisation qui résulte de ce phénomène peut être inversée par le partage des connaissances, par les logiciels « libres »*, et, c’est moi qui l’ajoute par les bricolages techniques (philosophie hack).

* de fait ouverts avant d’être libres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s